Top destinations en Turquie

La Turquie offre une multitude de différents types de destinations aux voyageurs. Ici vous pouvez trouver les informations sur les meilleurs endroits pour séjourner et visiter en Turquie, les principaux lieux de destination en Turquie et les principales villes.

Constantinople, centre de l'Empire byzantin qui a duré plus de mille ans, est devenu plus tard Istanbul, la capitale de l'Empire ottoman pendant près de 500 ans. La ville est un mélange d'Europe et d'Asie, une composition unique en milieu urbain. Une promenade autour de Sultanahmet, à l'intérieur des murs de la ville, entre les mosquées, les musées et le Grand Bazar est un voyage à travers l'histoire et la vie quotidienne.

L'Istanbul moderne se trouve de l'autre côté du pont de Galata à Beyoglu, autour de Taksim et la banlieue nord avec beaucoup de bons restaurants et de magasins. Les quartiers asiatiques d'Istanbul ont évité une grande partie du tourisme et ont conservé un caractère plus banal. Les voies navigables jouent un rôle central dans la vie de la ville et le trafic en bateau sur le Bosphore, la Corne d'Or et la mer de Marmara est extrêmement intensive. Le long des berges, vous pouvez aller dans de petits cafés où vous pourrez déguster un verre de thé en admirant une vue magnifique sur la ville.

Un coin de trésor pour les vacances où il y a des significations en supplément dans sa couleur turquoise, dans sa nature splendide ornée des plus beaux rivages et des îles de la région égéenne, dans ses ruines éblouissantes.
On estime que la fondation de Fethiye qui est défini au cours du temps comme « la vierge du pays des lumières » remonte à l’an 5 av. J.-C. La ville dont le nom ancien est « Telmessos » était à l’époque l’une des plus importantes agglomérations de la Lycie.
Connu également comme un centre d’oracle, Fethiye était au temps des romains et des byzantins l’une de des villes dont le niveau de culture était très élevé. Incorporer en 1424 aux terres ottomanes la ville a reçu le nom de « Meğri » et finalement il est devenu en 1934 « Fethiye » en mémoire de l’aviateur défunt, Fetih Bey.
Avec ses coins de vacances extraordinaires, ses héritages culturels, ses sports comme le parapente ou le plongeon assurant des moments alternatifs, Fethiye se trouve sous la préfecture de Muğla et a un climat typiquement méditerranéen : en été il fait chaud et sec, en hiver le temps est le plus souvent tiède et pluvieux. 
Cette ville antique à l’instar d’un musée à ciel ouvert et comprenant en soi depuis des siècles des ruines et des vestiges historiques majestueux vous émerveillera aussi avec sa nature extraordinaire.
Région dont l’histoire remonte à l’an 3000 av. J.-C., où se trouvent des formes topographiques magnifiques de la nature et qui est le patrimoine mondial non seulement de l’Anatolie mais également de l’UNESCO.
Cette géographie extraordinaire dans laquelle l’histoire et la nature est en fusion et qui a servi de foyer pour plusieurs civilisations s’est formée il y a 60 million d’années: les laves et les cendres des monts volcaniques provenant de « Erciyes », « Hasandağı » et « Güllüdağ » formèrent une couche qui prendrait sa forme finale au cours des millions d’année à travers les érosions et les corrosions produites par les vents et les pluies.
La Cappadoce qui signifie, dans la langue persane, « Le pays des beaux chevaux » fut tout au long de son histoire le centre de plusieurs civilisations. A l’époque des hittites, notamment les habitations troglodytiques et les églises rupestres furent des centres de refuge pour les chrétiens qui fuirent de l’empire Romain.
Au cours du temps, avec la formation des « cheminées de fée », les habitats et les églises à l’intérieur desquels se trouvent des fresques créées par les habitants forment un pont depuis le passé à nos jours.
La Cappadoce qui se trouve dans le district de Nevşehir et qui est l’un des points importants de la Route de la Soie est aujourd’hui dans la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.
La 8e merveille du monde située sur le Taurus oriental, cette ruine extraordinaire comprend des œuvres précieuses du royaume de la « Commagène ».
Se trouvant sur la route antique d’Arsamès, Nemrut à 2206 mètres d’altitude domine les passages du fleuve d’Euphrate, ainsi que les vallées de la région.
Le sanctuaire et les statues grecques et persanes faites en 62 av. J.-C par Antiochus Theos, souverain de la Commagène sont en sauvegarde de nos jours aussi.
Sur le tumulus de cette aire sainte il y a également les rochers taillés des dieux. L’un de ces rochers les plus connus et admiré c’est celui de la tête d’aigle.
En 1987, UNESCO a introduit le mont de Nemrut dans sa liste de patrimoine mondial et l’a qualifié de « Huitième Merveille du monde ».
Un patrimoine non seulement de la Turquie mais également mondial, étant formé par la main-d’œuvre naturelle et subsistant depuis les temps antiques.
Ce site naturel qui est une tufière se situe dans la région de Denizli et il est composé des stations thermales, de bassins d’eau riche en minéral de carbone. Cette région importante, qui est le lieu privilégié de ceux qui veulent trouver la santé par les sources thermales, figure aujourd’hui dans la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.
« Hiérapolis » qui se trouve à proximité de Pamukkale, a été fondé au 2e siècle av. J-C., par Eumène II, au nom de Hiéra, la reine et la femme de Téléphore, fondateur légendaire de Pergame.   Avec ses constructions et ses œuvres majestueuses, Hierapolis est une cité antique qui attire l’intérêt du monde entier.
La cité antique de Hierapolis, à l’issue des tremblements de terre, a perdu sa structure hellénistique et plus tard, pendant sa période de rénovation, elle a subi l’influence de l’architecture romaine.
La ville qui est également l’une des plus importantes villes de l’époque byzantine est devenue le centre du christianisme à l’issue de l’assassinat de Saint-Philippe, l’un des apôtres de Jésus-Christ.
A la fin du 9e siècle, la ville entre sous le règne des Turcs et continue à maintenir son importance et sa valeur du passé même aujourd’hui.
De son nom ancien « Neopolis », fondé par les Ioniens, c’est un coin qui, durant les siècles, fut l’un des berceaux des cultures et des arts.
Même si l’on ignore la date véritable de sa fondation dans le golfe on sait qu’il a été fondé en tant que district de « Efes », par les Ioniens. Les Ioniens qui s’occupèrent du commerce maritime ont largement contribué au développement et à la prospérité de la région.
On sait que la région des premières habitations de Kuşadası qui fut le siège de plusieurs civilisations est le promontoire de Yılancı dit « Yılancı Burnu ». Kuşadası qui, dans les ères antiques, est l’un des ports importants de l’Anatolie s’ouvrant à la méditerranée se montre riche aussi du point de vue des valeurs culturelles et des monuments historiques.
La citadelle qui se trouve dans l’ancien Kuşadası brille comme l’étoile de la cité. Toutefois, aujourd’hui, qu’une faible partie des remparts cernant la citadelle subsistent.
Les rues longues et étroites propres à la ville et les jolies maisons collatérales forment les plus beaux exemples de l’architecture de la ville. Des restaurants servent des recettes délicieuses de la cuisine égéenne.
Possédant des plages parfaites, une mer d’un bleu impeccable et encore des beautés naturelles et historiques privilégiées, Kuşadası reste le milieu idéal pour ceux qui veulent passer des vacances extraordinaires.
Efes en turc est l’un des coins les plus importants d’İzmir et de la Turquie; la plus célèbre cité hellène des ères antiques, un héritage remontant à l’an 6 mille av. J.-C.
Aujourd’hui, « la cité antique d’Efes » proche de Selçuk, le district d’İzmir, fut fondée à l’anse du fleuve « Küçük Menderes », à l’âge néolithique.  
L’une des 12 villes importantes de la période hellénistique, Efes fut l’un des centres religieux les plus importants pour les Païens et les Chrétiens. Il est possible de voir, même aujourd’hui, les œuvres dues à cette période.
Ayant des terres fertiles et se situant à l’ouverture du commerce entre l’Orient et l’Occident, Efes fut l’une des villes les plus importantes de l’ère antique et eut conservé cette valeur pendant des siècles.
Un autre facteur important relatif à l’importance d’Efes, c’est que le plus grand temple de la culture d’Artémis qui représente la répercussion de la Déesse de Fécondité, « Cybèle » se trouve dans cette région.
Efes qui comme « Milet », représente un milieu de science, d’art et de culture importants est le lieu de naissance des grandes figures historiques comme le philosophe « Héraclite », le géographe « Artemidore », les poètes « Callinos » et « Hipponax », le grammairien « Zénodote », les médecins « Soranos » et « Rufus ».
Une partie de la ville s’est écroulée à l’issue du séisme survenu en 614 après J.-C. mais la grande partie est toujours présente de nos jours. Dans cette ville exceptionnelle, le climat est semblable à celui d’İzmir : chaud et sec en été, tiède en hiver.
 
Se situant à proximité de « Selçuk », le district d’İzmir, Efes est l’une des 12 cités de l’Ionie. Ce site extraordinaire fondé en 6 mille av. J.-C. fut le foyer de plusieurs civilisations.
 
Le site antique d’Efes a vécu des époques riches aux temps hellénistiques et romains où l’on comptait une population de 200 mille d’habitants. Ce site antique majestueux qui comprend en son sein le « Temple d’ Artemis », la « Bibliothèque de Celsus », la « Maison de la Vierge Marie », la « Grotte des Sept Dormants» continue toujours à faire sentir à ses visiteurs la texture historique.
Connu comme "le pays des bleus infinis", remontant à l’an 1000 av. J.-C. c’est un coin privilégié tant avec ses œuvres qu’avec sa nature extraordinaire.
Se trouvant dans l’une des régions les plus belle d’Egée et étant l’une des baies exceptionnelles de Muğla, Bodrum attend ses visiteurs avec toutes ses beautés de quatre saisons.
Nommé « Halikarnassos » aux temps antiques, Bodrum, conserve en son sein de multiples œuvres issues des empires romains, byzantins et ottomans.  La période historique la plus importante de Bodrum est celle où il fut la capitale de la région de la Carie à l’an 353 av. J.-C., la ville préserve encore de nos jours ce privilège.
L’une des sept merveilles du monde, « le Mausolée d’Halicarnasse » (ou du roi Mavsolos) est restaurée après un travail durant plus de cent ans et il est établi aujourd’hui comme un musé à ciel ouvert.
Se trouvant dans un point unissant les ports occidentaux et orientaux, Bodrum avec son château et ses maisons blanches, avec ses dômes et ses rues étroites est l’un des coins à vous faire savourer de fabuleux moments.
Grâce à ses baies et ses côtes, Bodrum, vous offre des beautés extraordinaires de la nature dans laquelle vous auriez aussi la possibilité d’être seul à l’aise.
L’une des précieuses figures de Bodrum est Cevat Şakir, connu sous l’appellation de « Pêcheur d’Halicarnasse » qui dit pour Bodrum : "Il vaut mieux vivre tranquille ici que de mourir tranquille ailleurs !". Le lieu a un climat chaud et sec en été; en hiver, le temps est généralement tiède et pluvieux.
 
Bodrum où il est possible de trouver plusieurs villages de vacances et boutiques-hôtels luxueux, vous invite à découvrir aux quatre saisons ses secrets de la nature avec notamment sa mer bleue, son histoire fabuleuse et ses activités amusantes.
Yivli Minaret (Alaaddin Mosquée, Centre)
Au centre-ville d'Antalya se trouve le minaret de la mosquée Alaaddin, qui a été convertie en mosquée en 1230 par le sultan seldjoukide, Alaaddin Keykubad. Attirant le regard au premier coup d'oeil, le minaret Yivli est considéré comme un symbole de la ville. Comme sa structure est découpée en tranches par des briques, et construit avec 8 morceaux de demi - forme cylindrique, il est nommé comme le minaret Yivli.  Le corps très épais avait gagné une structure esthétique en raison de ces rainures. Les noms d'Allah et Mohammad  sont écrits en turquoise et en bleu foncé dans toutes les directions de l'étage.
 
Mosquée Kesik Minare (mosquée Korkut - Cami - i Kebir, Centre)
Oeuvre d'art de la période seldjoukide, la mosquée a été construite comme église Panagelia au nom de la Vierge Marie par Byzance pendant 5 A.D., et transformée en mosquée par Sehzade Korkut pendant Bayezit II. Il est également connu comme la Mosquée Korkut ou Cami-i Kebir pour cette raison. Il est renommé Kesik Minaret comme la mosquée a été détruite après l'incendie en 1851.
 
Mosquée Kale (Sultan Suleyman mosquée, Alanya)
A l'ouest du chantier naval d'Alanya, elle a été construite par le sultan seldjoukide, Alaaddin Keykubad I. Reconstruite par le sultan Suleyman entre 1530 et 1566, elle est également connu comme Mosquée du Sultan Suleyman.
 
Eglise Saint-Nicolas (Kale - Demre)
Myra (Demre) est connu comme le lieu où Saint-Nicolas, connu sous le nom de Santa Claus (Père Noël) dans le christianisme mondial, avait accompli son devoir d'évêque. De plus, l'église a été construite au cours du 6ème siècle comme un mémorial à Saint-Nicolas après sa mort. Quelques restes de la tombe de Saint-Nicolas ont été volé à Bari ville par les marins italiens pendant la seconde moitié de notre siècle et sont actuellement exposées au Musée d'Antalya. Le festival International du Père Noël (Père Noël), organisé chaque année à Kale (Demre) et Kas entre le 6 et le 8 Décembre, se transforme en un symposium où les étrangers viennent également, depuis peu, participer à Antalya.
Eglise Yorgi Aya (Alanya)
On pense que l'église dans le château d'Alanya, a été construit par Byzance pendant le VIème siècle A. D.
Un coin éblouissant avec le vert de ses forêts de pins et le bleu de sa mer, avec sa marina magnifique et son histoire remontant jusqu’à l’an 12 mille av. J.-C.
D’après les fouilles réalisées, Marmaris s’affirme comme centre d’habitation depuis les époques antiques et sous la domination de plusieurs civilisations dont il est possible aujourd’hui de poursuivre les traces.
De son ancien nom « Physcos », Marmaris est un district de Muğla et il se trouve au point reliant l’Egée et la Méditerranée. La région qui comprend plusieurs ports et baies fut utilisée pendant des siècles comme centre de liaison du commerce maritime.
Avec ses diverses beautés à rencontrer dans chaque coin, Marmaris possède un climat typiquement méditerranéen. Dans la région, en été il fait chaud et sec tandis qu’en hiver la pluie est abondante. Comme le taux d’humidité dans l’air est élevé il est possible aussi de se baigner dans la mer en outre des mois estivaux. 
Avec ses héritages historiques, ses beautés naturelles, son soleil vous réchauffant l’esprit et ses soirées de divertissement, Marmaris vous enchantera également avec ses baies s’ouvrant à un univers fantastique du bleu.
 
Marmaris où s’entrecroise les Parcs nationaux, les forêts disposant des drapeaux bleus et la mer est prêt à vous accueillir pendant toutes les périodes de l’année !
Située au cœur de la nature dans la province de Çanakkale, la cité antique de Troie qui fut l’une des cités les plus riches des temps antiques est, de nos jours, l’une des régions les plus attractives. La cité antique de Troie dont la fondation a d’ici là 5 mille ans, figure dans la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.
 
Cette cité exceptionnelle étant l’objet des légendes fut le lieu d’habitation pendant plus de 3 mille ans sans interruption ; c’est pourquoi on a aujourd’hui de précieuses œuvres issues des époques antérieures de la région. Figurant également dans « l’Iliade » et « l’Odyssée » d’Homère en tant qu’espace des événements épique, Troie est à l’heure actuelle une région dans laquelle les fouilles se poursuivent inlassablement. 
Signifiant « Passage », c’est une cité antique extraordinaire fondée en 300 av. J.-C. sur sept collines par Seleucos Ier, l’un des chefs de l’armée d’Alexandre le Grand. 
Se situant à 10 kms de « Nizip », le district de Gaziantep, Zeugma est composé de deux villes s’unifiant par l’intermédiaire d’un pont.
La ville dont le nom primaire fut « Séleucie de l’Euphrate » se fait particulièrement connaître par le nom Zeugma après la domination de l’Empire Romaine.
La Route de la Soie qui fut dans l’histoire la plus importante voie du commerce commençant de la Chine et arrivant jusqu’à Antalya passa en effet de la cité de Zeugma, étant un centre commercial.
Cette cité antique, connue aujourd’hui dans le monde entier par ses mosaïques de l’époque romaine et recevant de nombreux visiteurs intéressés, est mise en étude à partir de trois parties : A, B et C.
La cité antique qui se trouve au bord du lac de barrage de « Birecik » a ses parties A et B sous les eaux tandis qu’on prévoit de faire un musée à ciel ouvert la partie C qui comprend des théâtres, des villas et d’autres monuments.
 
Zeugma avec ses œuvres qui dévoilent les propriétés de l’architecture de l’époque romaine conserve un énorme héritage culturel. 
1 - Çatalhöyük
Fondé il y a d’ici 9 mille ans, Çatalhöyük se situe à « Çumra », district de Konya et c’est un lieu figurant dans la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Etant l’une des premières régions d’habitation connues, Çatalhöyük a le privilège d’illuminer les secrets de l’histoire et des modes de vie concernés.
Les habitations de Çatalhöyük sont divisées en deux tumulus, Nord et Sud, pour être servies pendant 2 mille ans sans interruption. Les patients d’ici constituent les premières communautés agraires. Avec ses restes précieux, sa densité démographique, son art et sa culture évolué, Çatalhöyük est aujourd’hui d’une importance universelle.
 
2 - Konya – Mevlana museum
3 - Konya – Mevlana complex
L’un des coins magnifiques d’Antalya, la perle de la méditerranée, l’un des ports les plus importants des temps antiques, un lieu de vacances stimulant les plaisirs.
Portant le nom de « Nar » qui signifie la déesse de l’Anatolie, Side fut fondé en l’an 7 av. J.-C.; c’est également une cité antique ayant utilisé sa propre langue.
Etant, à l’époque romaine, un centre commercial, culturelle et scientifique dans la région, Side est devenu, au cours du temps, un lieu central de plusieurs civilisations tout en portant les traces profondes de l’histoire.
Sa structure actuelle doit beaucoup aux immigrants venus de la Crète qui ont à l’époque contribué au lieu avec leur architecture, leur maison rurale et leur cuisine locale ; en d’autres termes, il est possible de voir largement les traces de la culture crétoise.
 
Avec ses beautés naturelles, ses œuvres historiques et sa culture exceptionnelle, Side attend ses visiteurs toutes les saisons pour les accueillir généreusement et pour en marquer de bons souvenirs !
 
En turc: Sumela Manastırı; Panagia Soumela, "Vierge Marie de Soumela" en grec) est un monastère taillé dans le roc perché de façon spectaculaire sur le rebord étroit d'une falaise abrupte dans les forêts au sud de Trabzon. Il a été construit au IVe siècle, juste avant que l'Empire romain soit divisé en est et ouest, par deux prêtres athéniens, Barnabas et Sophronius, qui, selon la légende, ont trouvé une icône miraculeuse de la Vierge Marie dans une grotte.
L'emplacement du monastère, dans ce coin géopolitiquement tumultueux du globe, a naturellement vu des moments difficiles et tomba en ruine de nombreuses reprises tout au long de son histoire, avec ses moments les plus prospères tombant sous la domination byzantine et ottomane.
Le XXe siècle n'a pas été tendre aussi au monastère. Il a été abandonné à la suite du chaos et de la violence inter-ethnique à la fin de la Première Guerre mondiale, et le transfert de population de Trabzon (anciennement Trébizonde) de la population grecque en Grèce.
Son emplacement à distance en a fait un certain sanctuaire, mais ses fresques ont attiré encore les occasionnels roche négligemment jeté par un berger ennuyé. Les belles fresques souffrent aujourd'hui de décennnies de vandalisme inutile par les voyageurs à en juger par les divers alphabets et les noms griffonnés sur ces impressionnantes œuvres d'art religieuses, il semble que presque toutes les cultures du monde ait pris part à la profanation.
Les bâtiments eux-mêmes ont été  restaurés au cours des dernières décennies, le gouvernement turc est intervenu pour protéger le monastère et le transformer en un musée.
La façon la plus simple pour se rendre au monastère est en tour, et vous pouvez trouver un tour en ville en demandant à d'autres voyageurs (visite touristique pas Trabzon sans voir Sümela). Le monastère se trouve à proximité de Maçka, à environ 30 km au sud de Trabzon, et ceux qui préfèrent se rendre au monastère avec leurs propres moyens au lieu de prendre un tour peut arriver à Maçka en prenant des minibus se dirigeant vers Gümüşhane, Erzurum ou d'autres destinations au sud de Trabzon. Le reste de la route, à environ 17 km à l'emplacement actuel du monastère, peut être fait par des dolmuş du centre-ville de Maçka, qui vous mènera à l'entrée du parc national Altındere (Milli Park). Puis, le monastère est à environ une demi-heure de marche, ce qui peut être fait par un sentier forestier, qui a récemment été élargi afin de faire face au nombre toujours croissant de visiteurs, ou le long de la route goudronnée menant au monastère.
Ceux approchant avec leurs propres véhicules peuvent s'aprocher à environ de 300 mètres à Sümela lui-même, où il y a un parking en face de la Chapelle Sainte Barbara.
Aujourd'hui, la fonction principale du monastère est touristique. Elle donne sur les forêts et les cours d'eau, ce qui rend extrêmement populaire pour son attrait esthétique, ainsi que pour son importance culturelle et religieuse.
 
Histoire
Le monastère a été fondé en 386 après JC sous le règne de l'empereur Théodose Ier (375-395), La légende veut que deux prêtres ont entrepris sa création après avoir découvert une icône miraculeuse de la Vierge Marie dans une grotte sur la montagne.
Au cours de sa longue histoire, le monastère tomba en ruine plusieurs fois et a été restauré par divers empereurs. Au cours du 6ème siècle, il a été restauré et agrandi par le général Bélisaire à la demande de Justinien.
Il a atteint sa forme actuelle au 13ème siècle après avoir gagné la proéminence pendant le règne de Alexios III (1349-1390) de l'Empire Comnènes de Trébizonde, établie en 1204. A cette époque, le monastère a été accordé un montant annuel des fonds impériaux. Pendant le temps de Manuel III, fils de Alexius III, et sous les règnes des princes ultérieurs, Sümela acquis davantage la richesse des subventions impériales. Après la conquête par le Sultan ottoman Mehmed II en 1461, il a été accordé à la protection du sultan et donné les droits et privilèges qui ont été renouvelés en suivant sultans. Le monastère est resté une destination populaire pour les moines et les voyageurs à travers les années.
En 1682 et pendant quelques décennies, le monastère abritait la Phrontisterion de Trapezous, un établissement d'enseignement grec bien connu de la région.
Le monastère a été saisi par l'Empire russe pendant l'occupation 1916-1918 de Trabzon.
Le site a été abandonné en 1923, suite à des échanges forcés de populations entre la Grèce et la Turquie. Les moines au départ ne sont pas autorisés à prendre des biens avec eux, donc ils ont enterré la célèbre icône de Sumela sous le plancher de Ste Barbara la chapelle du monastère. En 1930, un moine revint secrètement à Sumela et récupére l'icône, le transfert vers le nouveau monastère Panagia Soumela, sur les pentes du mont Vermion, près de la ville de Naoussa, en Macédoine, en Grèce.
 
Depuis 2012, le gouvernement turc finance les travaux de restauration, et le monastère connaît un renouveau dans le pèlerinage de la Grèce et la Russie.
Le 15 Août 2010, orthodoxe divine liturgie a été autorisé à prendre place dans le composé du monastère. Un laissez-passer spécial délivré par le Patriarcat œcuménique de Constantinople est maintenant nécessaire de visiter le 15 Août, le jour de la Dormition de la Théotokos ou fête de l'Assomption, où une liturgie divine est maintenue. Seulement 450 à 500 visiteurs sont autorisés à l'intérieur du monastère, bien que les téléviseurs à écran large sont disponibles pour observer l'événement dans un café à quelques centaines de mètres du monastère.
Les principaux éléments du complexe de monastère sont l'église, plusieurs chapelles, cuisines, chambres d'étudiants, une maison d'hôtes, une bibliothèque, et un printemps sacré vénéré par les chrétiens orthodoxes orientaux.
Le grand aqueduc à l'entrée, qui a fourni de l'eau au monastère, est construit sur le côté de la falaise. L'aqueduc a de nombreux arcs qui ont pour la plupart été restaurés. L'entrée du monastère est un escalier long et étroit. Il y a une salle de garde près de l'entrée. Les escaliers mènent à partir de là à la cour intérieure. Sur la gauche, en face d'une grotte, il y a plusieurs bâtiments du monastère. La grotte, qui a été transformée en église, constitue le centre du monastère. La bibliothèque se trouve à droite.
Le grand bâtiment avec un balcon sur la partie avant de la falaise a été utilisée pour les cellules des moines et des logements pour invités. Il date de 1840.
L'influence de l'art turc peut être observé dans la conception des armoires, des niches et cheminée dans les chambres des bâtiments entourant la cour.
Les murs intérieurs et extérieurs de l'Eglise Rock et les murs de la chapelle adjacente sont décorées de fresques. Les fresques datent de l'époque d'Alexios III de Trébizonde ligne de la paroi intérieure de l'Eglise Rock face à la cour. Les fresques de la chapelle qui ont été peintes sur trois niveaux dans trois périodes différentes sont datés du début du 18ème siècle. Les fresques de la bande inférieure sont de qualité supérieure.
Les fresques du monastère de Sumela sont sérieusement endommagés. Le sujet principal des fresques sont des scènes bibliques racontant l'histoire du Christ et de la Vierge Marie.
Le soleil brillant d’Egée, un coin du Sud gardant à l’état original ses beautés naturelles et ses œuvres depuis les ères antiques.
Çeşme qui, pendant les ères antiques, portait le nom de « Cyssus » a reçu son nom actuel avec la présence des sources d’eau douce et fraiche dans la région ; au cours du temps faire des fontaines à ces sources d’eau est devenu une tradition.
Avec la fondation par les crétois de la ville antique de « Erythrée », étant l’un des membres des 12 cités ioniennes, Çeşme a pris sa place dans l’histoire et c’est l’un des centres les plus visités de la région égéenne.
Çeşme qui, à l’époque, a survécu au sein des Etats lydiens, persans, pergamiens, romains, byzantin et ottomans partage de nos jours avec ses visiteurs la mosaïque splendide issue de cette cohésion culturelle.
Çeşme qui est une presqu’île dans l’Egée vous accueillera avec une nature extraordinaire en compagnie de la mer qui s’allonge devant et des montagnes qui s’élèvent derrière. Ayant un climat typiquement méditerranéen, à Çeşme, l’été est chaud et sec, l’hiver est tiède et pluvieux.
 
Çeşme où vous pouvez trouver les meilleurs œuvres de la cuisine égéenne, du sport nautique, de la mer et des rivages ainsi que de toute une variété de culture, vous appelle à des vacances ensoleillées auxquelles on ne peut renoncer !
Dalaman est un joli district dans la province de Muğla qui est l’un des centres importants de vacances enTurquie ; Dalaman accueille ses visiteurs par son soleil chaleureux et ses diverses options de vacances.
 
Dalaman est aussi le centre d’aéroport de Muğla ; cette région où se trouvent les paysages splendides de la presqu’île « Kapıdağ » et les parcours de rafting attire tous les passionnés d’aventure.
 
Les habitations antiques, les espaces naturels et la rivière Dalaman sont parmi les composantes de cet endroit qui ouvrent leurs portes à tous ceux qui désirent rencontrer à la fois ce coin de nature et les gens chaleureux de la région égéenne.
 
L’espace de survie des tortues Caretta Caretta, le centre de la cité antique de Kaunos et d’autres œuvres historiques, le coin privilégié de plats de poisson succulents.
 
La cité de Kaunos, dont la genèse remonte au 10e siècle av. J.-C., a été fondée par Caunos, fils du roi Miletos qui est lui-même l’enfant d’Apollon. A Kaunos, il y a des vestiges issus des époques hellénistiques, classiques, romaines et byzantines.
 
Se situant sur un canal assurant l’écoulement de l’eau du lac Köyceğiz, qui s'est formé au cours du temps avec l’accumulation des alluvions, Dalyan a un climat déterminé par la brise marine ; en été il y a un temps assez frais et l’hiver, tiède et pluvieux.
 
Les Caretta Caretta, ces tortues extraordinaires, dont la race est menacée, vivent dans la « plage de İztuzu » à Dalyan. En vue de protéger cette espèce de tortue précieuse et donner une chance de survivre aux nouveau-nés, il est défendu de pénétrer sur ces plages et de se baigner de la tombée du soleil jusqu’au lever du jour.
 
Les sources thermales et les bains de boue sont fréquents dans la région ; c’est pourquoi pour ceux qui veulent se relaxer et se rajeunir ce coin est l’adresse idéale et indispensable.
 
Si vous désirez, vous aussi, passer des vacances relaxantes, Dalyan vous attend avec toute sa chaleur !

Avis de voyageurs
Contactez-nous